Page 1 sur 1

Quelles pistes pour financer l'aide à l'autonomie demain ?

Message Publié : Lun 30 Avr 2018 17:49
par Catelyne
Vu sur la newsletter d'agevillage de cette semaine
"5eme risque de protection sociale ?
Alors que les restes à charges restent très élevés pour faire face aux besoins d'aides des plus âgés fragilisés, alors que les mouvements sociaux de janvier et mars montrent qu'il faut redonner des moyens à ce secteur, le Président de la République s'est exprimé le 15 avril dernier face aux journalistes E.Plenel et JJ.Bourdin pour un nouveau risque de protection sociale à la hauteur des enjeux démographiques......"
http://www.agevillage.com/actualite-164 ... main-.html

Re: Quelles pistes pour financer l'aide à l'autonomie demain

Message Publié : Ven 20 Juil 2018 08:08
par romans
En 2013, la CASA a été versée au Fonds de Solidarité Vieillesse au lieu d’être attribuée à l’aide à l’autonomie.

Un « détournement » à mettre en perspective avec le sous-effectif des soignants et les dérives tarifaires dans les EHPAD publics.

Du Monde au Dauphiné libéré, nombreux sont les médias qui, le mois dernier, ont publié sur une actualité qui en dit long sur l’action du gouvernement : les 600 millions d’euros détournés de l’aide aux personnes âgées, sous couvert de loi pas encore votée. Ce thème a été repris par l’association « Âge village » qui titre son édito « La CASA toujours pas réaffectée à 100% pour l’aide à l’autonomie ».

En effet, la CASA (Contribution Additionnelle de Solidarité pour l’Autonomie), payée par les retraités, devait être attribuée à l’aide à l’autonomie (le service à domicile). Exceptionnellement, elle l’a été au Fonds de Solidarité Vieillesse (FSV). Pourtant, la dépendance et ces implications est un sujet prioritaire depuis plus de 50 ans. En 1962, le rapport Laroque alertait déjà sur le phénomène de la pyramide des âges, un sujet que les gouvernements successifs n’ont pourtant jamais abordé autrement qu’aux travers d’études et de rapports.

En détournant les fonds affectés à la dépendance, le gouvernement ne respecte pas ses engagements initiaux mais surtout il manque de transparence. Devant ce jeu de bonneteau, comme l’a appelé le président de la CNRPA (Comité National des Retraités et Personnes Âgées) Sylvain Denis, les communiqués ont redoublé et les pétitions déferlé.