Page 1 sur 1

Le bout du chemin

Message Publié : Mer 20 Mai 2009 10:55
par Catelyne
Lundi dernier cela a été le bout du chemin pour ma maman, et pour moi la fin d'un accompagnement de plus de dix ans.
Ces 15 derniers jours ont été assez difficiles pour ma maman et pour moi-même.
Comme dans le domaine de la bientraitance, sans réel moyens ( personnels - infirmiers, aides soignantes- formés et dédiés) les soins palliatifs ne sont que de la "poudre aux yeux".
Sans compter que la "culture hospitalière" fait appliquer des protocoles d'une façon générale sans prendre en compte l'unicité de la personne et ses réactions propres aux soins et médications.
Sans compter aussi la souffrance des proches et celle, je pense du personnel soignant (quelquefois très jeune) qui se trouve confronté à des fins de vie souvent difficiles.
Dans cette maladie nos proches souffrent mais nous familles qui avons vécu ou vivons l'accompagnement d'un proche à domicile ou en établissement nous sommes aussi en souffrance.
A domicile l'accompagnant est très voire beaucoup trop sollicité.
En établissement et plus particulièrement en USLD non spécifique les accompagnants sont souvent perçus comme trop "exigeants ".
Il me semble qu'on aurait tous à y gagner si à domicile comme en établissement on pouvait dans la mesure du possible faire en sorte u'une véritable relation de partenariat s'instaure entre "le malade, l'accompagnant non professionnel et les professionnels".
Les établissements viennent de recevoir le questionnaire sur la bientraitance , mais quid de ce questionnaire si de véritables moyens ( en personnel et financiers) ne sont pas mis en oeuvre ?
Catelyne

Re: Le bout du chemin

Message Publié : Mer 20 Mai 2009 11:14
par fran
cathelyne, je partage votre reflexion
l'an dernier j'ai choisi de ne plus remplir les questionnaire, à quoi bon, puisque rien en bougeait ????

beaucoup de paroles dans les médias , des moments de révoltes parfois qui s'éteignent bien vite.
Qui se préoccupe d'une personne agée handicapée, qui se meurt dans un ULSD ????
On se préoccupe bien plus des conditions de travail des professionnels, mais des résidents qui subissent les conséquences de ces mauvaises conditions de travail non. et vous avez raison, les proches ne sont pas forcément les bienvenus dans ce monde.

moi aussi j'ai beaucoup de peine Cathelyne et aussi de voir dans quel monde inhumain nous vivons.

Re: Le bout du chemin

Message Publié : Jeu 21 Mai 2009 09:36
par BONNEVF
Vous avez toute ma sympathie Cateline dans cette souffrance et je vous souhaite beaucoup de courage .

Vous évoquez le questionnaire bientraitance en EHPAD , c’est vraiment de la part du ministère et relayé par nos DDASS et DRASS se moquer du monde et se moquer des patients . Alors que des collectifs ( SNGC et FHF ) alerte le ministère de la santé par un communiqué de presse , mettant en évidence que sans moyen supplémentaires dans les EHPAD il y a des actions de soin qui ne peuvent pas être faite , la réponse est l’organisation de journée de « communication bientraitance » . On pourrait croire qu’ au niveau du ministère on est dans du « virtuel » des mots , des idées plus ou moins bizarre poussée par des lobbies plus ou moins actifs . NON beaucoup plus grave !
Technique de communication bien rodée depuis quelques temps : Faire croire que l’on fait quelque chose en agitant les relais et les média , alors qu’en réalité sur le terrain les professionnels non seulement ne voit rien changer mais voit les budgets se réduire . Agitation, poudre aux yeux relayés par des serviteurs zélés au niveau région et départements.
L’objectif n’est pas de faire changer réellement la prise en soins , l’objectif est de faire croire que l’on à fait changer les chose si possible sans mettre un euro de plus mais en faisant croire que l’on a fait le maximum . Il fallait entendre Mme BACHELOT nous rappeler nous rappeler, la main sur le cœur ,qu’elle avait mis beaucoup de moyen car elle voulait sauver le système hospitalier ; Nous voyons comment cela se décline au quotidien dans les hôpitaux .
Boycott des journées et des questionnaire tant que les ratios de personnel minimum en EHPAD ne seront pas mis en place , voilà ce que déjà nous devrions faire . (C’est en tout cas ce que je vais faire)
Il faut que les usagers que nous sommes pèsent fort pour se faire entendre et finisse par provoquer un vrai débat Quel système de santé pour demain ?. Actuellement toujours pas de débat et regardez, même au niveau Européen , c’est un sujet qui n’est jamais abordé .
Bien cordialement