Page 1 sur 1

QUID de l'adaptation en cantou ?

Message Publié : Jeu 7 Août 2008 16:43
par Kathie
Bonjour,
Ma mère est entrée en étab. médicalisé en nov 06.
Depuis, son état a évolué (apparenté Alzheimer) alors que durant cette période, le médecin gériatre ne m'a pas régulièrement informé de l'évolution de ma mère, si je ne prenais pas moi-même l'intiative de le contacter.
Or, L'étab. a jugé opportun le projet de placer ma mère en Cantou, 2ème et nouvelle unité spécialisée, ceci bien-entendu avec mon accord préalable.

J'avais validé ce placement que j'ai par la suite annulé. Puisque divers echos qui ont contribué à mon objectivité que ceci n'était pas encore prioritaire pour elle étant donné son état mental encore relativement bon comparé à ceux des résidents actuels du cantou.
Malgré une période d'essai d'1 mois et demi en cantou de jour, qui vient de s'écouler : le résultat est plutôt mitigé, l'Etab. me "met les pieds au murs" car une chambre dans l'unité se libère.... et une nouvelle entrée externe prend son studio actuel.

Je suis septique quant à son maintien durable mental et physique en cantou, car l'étab. m'indique que les personnes qui ne s'adaptent pas dans cette unité sont au final placés dans un autre établissement. !!

Comment peut-on parler d'ADAPTABILITE concernant un MALADE atteint Alzheimer ou apparenté ?
Ceci me choque terriblement.
Merci de votre aide.
Cordialement,
Kathie

Re: QUID de l'adaptation en cantou ?

Message Publié : Mar 26 Août 2008 11:28
par BONNEVF
Bonjour,
Effectivement il y a peu d’adaptabilité chez des patients atteints de maladie d’Alzheimer et c’est bien tout l’enjeu de la prise en soin basé sur l’adaptation du soignant au patient et non l’inverse . Adaptation de la structure et des équipes au patient et ce de la manière la plus individuelle et personnalisée possible .
Une fois cela posé , il convient de connaître exactement , les troubles psychocomportmentaux que présente votre maman , afin de savoir si ces troubles sont compatible ou non avec une structure EHPAD classique . Il doit y avoir dans l’établissement des réunions pluridisciplinaire , afin d’analyser la situation de chaque résident , et d’adapter ensuite la prise en soin , que ce soit par rapport aux stratégies et protocoles de soins , mais également quand à la nécessité éventuelle de changement de structure. Ceci étant fait dans l‘intérêt du patient avec des arguments suffisamment étayés, pour être ensuite partagés avec les proches.
C’est souvent un problème de communication comme vous le dites, difficultés pour avoir des information s.
Enfin que veut dire pour l’établissement le terme de CANTOU , si c’est simplement un enfermement sécurisé , c’est une honte que de nommer cela CANTOU et c’est une offense à ceux qui il y a déjà plusieurs années avait créé ce concept qui n’a rien d’un enfermement , bien au contraire et qui était basé sur une participation de tous les résidents au fonctionnement de l a structure sous responsabilité d’une maîtresse de maison .
Les CANTOU étaient avant tout des lieux de vie.
Bien cordialement

Re: QUID de l'adaptation en cantou ?

Message Publié : Jeu 23 Oct 2008 17:55
par coupe
Méfiez-vous de ces soi-disant CANTOU !!!
La pression qui vous est mise ne trove son vrai, sens que dans l'aspect "bonus financier".
L'on ne peut pas "virer" votre parent de sa chambre en cantou à l'argument pur et simple que sa chambre doit être libérée pour un nouvel entrant.
Saisissez la DDASS de cette "manipulation" honteuse mais trop souvent pratiquée qui ne saurait recevoir l'aval d'un Contrôleur de la DDASS à condition qu'il y en est un de disponible.
Tant que vous le pourrez tenez bon, résistez, surtout en ce moment;
Avez-vous vu hier soir l'émission A2 de Pujadas "Infiltrés" traitant, Ministre en tête, des maisons de retraite "alzheimer".
La Ministre appelle à la dénonciation et à l'action judiciaire contre ce genre de pression !!!!
Un comble !
Bon courage

Re: QUID de l'adaptation en cantou ?

Message Publié : Mer 29 Oct 2008 18:23
par BONNEVF
Bonsoir
Je partage tout à fait votre réflexion, « Méfiez-vous de ces soi-disant CANTOU !!! »
En effet souvent il n’y a rien d’autre qu’un enfermement, les projets de soins spécifiques, les moyens supplémentaires , les activités spécifique nécéssaire pour les patients n’y sont pas bien au contraire .
Mais tout cela est connu des autorités de tutelles !
Les préoccupations essentiels de ces dernières sont du ressort purement administratif, le contrôle des "m² "suffisant, les installations « aux normes », les protocoles écrits, etc.ce qui est indispensable certes …. Mais il peuvent passer dans une structure ou les patients sont enfermés voir attachés, sans forcément trouver cela fondamentalement anormal , il vaut peut être mieux ne pas se poser trop de questions !.
Par contre pas d’inquiétude ils vont être extrêmement scrupuleux pour analyser les GIR moyens pondérés ( analyse de le dépendance ) et le pathos moyens pondéré ( analyse de la situation moyenne des pathologies) car ces sont les « sous » qui sont en compte. C’est ça la vrai préoccupation.
Récemment un haut fonctionnaire de la santé affirmait que les malades touchés par la maladie d’Alzheimer sont environ 400 000, chiffres de la sécurité sociale, basés uniquement sur le nombre de cas déclarés .
Or nous savons que toutes les études épidémiologiques donnent des chiffres supérieurs, que ce soit en France ou ailleurs. Nous arrivons à un chiffre de 850 000 en France car plus de la moitié ne sont ni traités , ni diagnostiqués , mais grâce à ce tour de passe-passe , on va faire disparaître les malades , ce qui va permettre d’affirmer comme le fait ce monsieur , que les chiffres sont excessifs . Nous avons connu cela dans d’autres domaines, du comptage des manifestants lors des manifestations, au comptage des chômeurs etc.… Ne soyons pas dupe mais en colère.
Si l’on veut que la situation change on ne peut compter que sur nous-mêmes usager du système de santé sous réserve que l’on soit suffisamment conscient que la santé n’est pas une marchandise comme le ministère de la santé voudrait nous le faire admettre depuis quelques années a travers diverse réformes , de la fermetures des USLD, à la comptabilité hospitalière .
Bien cordialement

Re: QUID de l'adaptation en cantou ?

Message Publié : Dim 30 Nov 2008 11:08
par maximea62@hotmail.fr
nous sommes une unite de vie alzheimer et nous travaillons pour la dignite de nos residents, vous pouvez consulter notre site et avoir une idee de notre philosophie dintervention
http://www.unite-alzheimer-oblivio.com

Re: QUID de l'adaptation en cantou ?

Message Publié : Dim 30 Nov 2008 18:49
par Doudou
bonsoir,
je suis peut être encore un peu naive et novice dans le métier de la gériatrie mais je pense que peut être vaut il mieux que les patients soient dans des unités type cantou, UVP, ou autre que dans des services où ils seront attachés, malmenés,...en théorie la qualité de présence est tout de même effective et la liberté d'aller et venir (certes dans un lieu clos !!) est maintenue tout comme les capacités résiduelles dans les actes de la vie quotidienne sans oublier que ces patients retrouvent ici une identité et qu'on les considère comme "capable de" car ils ne sont plus anonymes ou alors considérer comme perturbateur ...et pour parler des familles elles aussi ont ici leur place dans la prise en charge et sont souvent bien satisfaites de rencontrer un interlocuteur présent dans l'unité sans être obligé de "courir" après dans un service traditionnel... certes, il est question de moyen, mais n'oublions pas que bon nombre de ce genre d'unité ne disposent pas d'emblée d'un ratio personnel élevé mais bien souvent est obligé de faire avec ce qu'il a déjà pour créer ces unités..cordialement

Re: QUID de l'adaptation en cantou ?

Message Publié : Dim 30 Nov 2008 19:10
par plumettes
bonsoir,
Pourriez vous m' expliquer ce qu'est un CANTOU. Merci d'avance

Re: QUID de l'adaptation en cantou ?

Message Publié : Jeu 11 Déc 2008 22:30
par BONNEVF
Bonjour,
Vous avez un article sur Age village concernant les cantou et notamment l’idée extrêmement intéressante qui a précédé leur création. Il s’agissait de maintenir des capacités en permettant à chaque personne malade de poursuivre des activités en fonction de leur capacité pour faire fonctionner une petite unité de vie sous la responsabilité d’une maîtresse de maison. Petite unités de vie autonomes très bien adaptées jusqu’ à un certain degré de sévérité de maladie. Le concept est un peu oublié et apparaît le terme de CANTOU pour désigner des structures fermés , dans des maison de retraite où sont réunis les patients présentant des maladies sévères avec de gros troubles du comportement ne permettant pas leur prise en soins dans le reste de l’établissement . Les activités occupationnelles pour faire fonctionner la structure sont bien sur non réalisable, les moyens sont souvent réduits bref ce sont souvent des lieus sécurisés point final, mais cela adoucit certainement l‘image qu’il donne en les ayant baptiser du joli nom de CANTOU, qui fleure bon la douceur et la campagne et qui permet d’oublier que pour beaucoup de patients il s’agit d’un enfer.
Ne nous laissons pas abuser
Bien cordialement