Mémoire sur les personnes âgées Alzheimer

Vous-même ou une personne de votre entourage souffre de la maladie d’Alzheimer : comment organiser le quotidien, aujourd’hui, demain ?

Bernard Pradines, gériatre français en retraite, ayant exercé dans le service de Soins de Longue Durée du Centre Hospitalier d'Albi de 1991 à 2010 répond à vos interrogations.

Modérateur: PRADINES

Mémoire sur les personnes âgées Alzheimer

Message par anaisdecesf » Mer 23 Juil 2008 11:01

Bonjour, je ne sais pas si je vais poser ma question au bon endroit mais je tente quand même !

Voilà je fais un mémoire sur le maintien à domicile des personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer et j'ai accès ma problématique sur le manque de coordination entre les services pouvant prendre en charge ce public, malgrè l'existence de CLIC et réseau gérontologique.

J'aurai voulu avoir votre opinion et éventuellement des témoignages sur les efforts à faire en terme de coordination.

Merci par avance, à très bientôt j'espère.
anaisdecesf
 
Message(s) : 1
Inscription : Mer 23 Juil 2008 11:00

Re: Mémoire sur les personnes âgées Alzheimer

Message par Catelyne » Mer 23 Juil 2008 12:34

Bonjour,

Il existe à Paris dans le 14éme à Notre Dame du Bon Secours une expérience d'accueil qui me semble intéressante par rapport à la question que vous posez.
Ci dessous les références e mail d'un article explicitant le fonctionnement de cet accueil.
http://www.senioractu.com/-Tout-Sous-un ... a7046.html
Cordialement
Catelyne
Catelyne
 
Message(s) : 816
Inscription : Dim 1 Juin 2008 08:50

Re: Mémoire sur les personnes âgées Alzheimer

Message par BONNEVF » Mer 23 Juil 2008 16:36

Bonjour,
C’est là encore un sujet de mémoire très intéressant.

Plusieurs questions se posent quand on envisage le soutien à domicile.
J’ai tendance à utiliser le terme de soutien à domicile plutôt que « maintien » par association « au maintien en détention »( non j’exagère !!! quoi que ?) , car il m’apparaît que derrière ce terme on oubli parfois la volonté de l’intéressé et les possibilités des proches , l’objectif étant de « soutenir » par nos actions ceux qui veulent rester au domicile et non de les « maintenir » . Beaucoup de patients sont « maintenus » au domicile parce que financièrement ils ne peuvent avoir accès aux établissements ceux-ci étant trop chers.
Ceci étant la réflexion sur le soutien au domicile se superpose avec la réflexion du parcours de soin du patient atteint de maladie d’ Alzheimer.
Pour un soutien efficace

Il faut d’abord un diagnostic et si possible précis , portant à la fois sur la maladie mais également sur la sévérité et sur l’analyse des capacités restantes.
Il faut ensuite une analyse de la situation au domicile, habitats, services, proximité de famille, etc.….
Il faut un plan d’aide tenant compte de l’ensemble de ces éléments et adapté à la spécificité de la pathologie et de sa prise en soin . Ce qui veut dire des intervenants formés spécifiquement.
Il faut une coordination , un « care manager » comme cela a été envisagé à plusieurs reprises dans les différents plans Alzheimer , mais sous réserve que cet intervenant ne soit pas un travailleur social comme certains le souhaiteraient à tort , car on ne peut faire abstraction des connaissances nécessaires en terme de maladie pour pouvoir coordonner les aides.
Le soutien nécessite également des structures de relais de plusieurs types
Relais simple pour accueil de jour ou temporaire lorsque les intervenants et/ou la famille ont besoin de souffler.
Relais dans des structures de court séjour gériatrique lors des décompensations aiguës (nous savons tous que ces patients ne peuvent pas être admis dans des services classiques)

Accès aux services de psycho gériatrie si besoin
Accès aux service de long séjour (si ils n’ont pas été tous supprimés dans les années à venir).

Enfin admission en EHPAD dans laquelle une prise en soin spécifique serait faite.

A chaque étape il doit y avoir des intervenants qualifiés avec pour préoccupation :
Pas de diagnostic sans traitement médicamenteux ou non médicamenteux
Pas de diagnostic sans information et soutien des familles
Pas de diagnostic sans un plan d’aide au domicile adapté
Pas de soutien sans des intervenants formés
Pas de soutien sans solution de « répit » et sans solution de « replis »

La coordination devrait se faire soit par le médecin traitant soit par un réseau , ou un CLIC , peu importe en réalité si ces actions sont correctement mise en place .

Ce qui rend le soutien au domicile quasi impossible c’est que souvent les patients ne sont pas diagnostiqués ,
Lorsqu’il le sont il y a souvent un traitement médical, mais rarement une élaboration de plan d’aide en partenariat avec les acteurs associatifs et libéraux. C’est pourtant le rôle des consultations mémoires.
Lorsque les plans d’aides sont élaborés il s’agit souvent d’une distribution d’heure , rarement les équipes des conseils généraux précisent exactement le type d’intervention , l’heure d’intervention et les raisons de cette précision dans le plan d’aide .
Les intervenants des asso ne connaissent pas les raisons de leur intervention c'est-à-dire les raison sous jacentes au besoins d’aide .Ils ne sont pas forcément formés aux stratégies de communications spécifiques pour ces patients.
On les envoie au domicile de patients qui ont des troubles psycho comportementaux sans leur donner ni explication ni clefs de communication

Alors que sera demain ?
Si les agences régionales de santé regroupant le secteur sanitaire et médico-social ont leur raison d’être cela sera pour aider à la mise en place d’une coordination dans ce domaine , mais il me semble dès maintenant qu’au niveau départemental il serait grand temps d’aborder le problème dans tout ces aspects si l’on veut être efficace . Sinon cela continuera à coûter fort cher pour un résultat très aléatoire.
Bien cordialement
BONNEVF
 


Retour vers VIVRE AVEC LA MALADIE D’ALZHEIMER

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron